La Bibliothèque de l'Assemblée nationale Assemblée nationale du Québec

Bibliothèque de l'Assemblée nationale du Québec

Guide thématique

Chercher dans les guides
Archives et objets patrimoniaux de l’Assemblée nationale du Québec

Besoin d'aide

Téléphone : 418 643-4408

Courriel : bibliotheque@assnat.qc.ca

Imprimer la page
X
Partager un lien
* Champs obligatoires
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.
L'adresse courriel est non valide.
Ce champ est obligatoire.
L'adresse courriel est non valide.
Le message doit avoir un maximum de 400 caractères.

Fonds Gilles Lesage (P19)

Notice biographique

Gilles Lesage est né à Macamic, en Abitibi, le 1er mars 1934. Il est le fils de Fabiola Bordeleau et d'Émile Lesage, lequel fut député de l'Union nationale dans la circonscription d’Abitibi, de 1936 à 1939, et dans celle d’Abitibi-Ouest, de 1944 à 1956.

Après ses études collégiales au Collège Jean-de-Brébeuf, à Montréal, Gilles Lesage étudie un an au Loyola College (sophomore year). Il fait ensuite un baccalauréat en philosophie à l'Université de Montréal et il décroche son diplôme MAGNA CUM LAUDE en 1955. Il poursuit ensuite des études en sciences sociales pendant un an et demi, à la même université.

Après s’être initié au journalisme en écrivant pour divers journaux étudiants, Gilles Lesage devient correspondant pour l’hebdomadaire La Frontière de Rouyn-Noranda en 1957. Il y publie des articles sous divers pseudonymes, dont G. Bellehumeur, Jacques Alain et Socrate. Il travaille au journal à temps partiel jusqu’en 1959, année où il fait son entrée à la salle de rédaction de La Frontière comme nouvelliste permanent. En 1961, il est promu chef de la rédaction, poste qu’il occupe jusqu’en 1963. Pendant les années qu’il passe au sein du journal La Frontière, Gilles Lesage est également correspondant régional pour La Patrie, un hebdomadaire de Montréal, et pour la Presse Canadienne. Il contribue aussi au Cuivre et Or, l’organe officiel de la Chambre de Commerce des Jeunes de Rouyn-Noranda. En 1963, il quitte La Frontière pour occuper le poste de directeur de l'information de L'Écho de Vaudreuil-Soulanges, fonction qu’il assume jusqu’à son entrée comme reporter général au Devoir en 1964.

En février 1968, Gilles Lesage, qui œuvre toujours pour le quotidien Le Devoir, est nommé correspondant parlementaire et chroniqueur politique à l'Assemblée nationale du Québec. En octobre 1972, Gilles Lesage est embauché par le journal La Presse, mais revient au Devoir en mars 1974 et ce, jusqu’en décembre 1976. À partir de cette date, et ce, jusqu’en février 1982, Gilles Lesage travaille pour le quotidien Le Soleil, où il assume des fonctions de correspondant parlementaire, chroniqueur politique et éditorialiste. À la suite de sa démission, il reprend ses fonctions antérieures au journal Le Devoir au mois de mars 1982 et se met également à signer des éditoriaux. Gilles Lesage demeurera au Devoir jusqu’en avril 1998 avant de prendre sa retraite l’année suivante. Le Conseil de presse du Québec bénéficiera de l’expertise de Gilles Lesage à titre de représentant des journalistes de 1975 à 1978 et de 2001 à 2004.

En parallèle à son métier de nouvelliste, Gilles Lesage a été chargé de cours à l'Université Laval de 1975 à 1980, puis de 1991 à 1992 et finalement en 1996. À l’été 1976, il a été nommé directeur du Département de journalisme et de communication, mais a donné sa démission à ce titre en janvier 1977 à la suite d’une longue grève des professeurs. Il a également été chargé de cours à l'Université de Montréal de 1977 à 1983 et a donné plusieurs conférences et séances de formation tout au long de sa carrière.

Au début de 1988, il a travaillé quelques semaines à l’Institut québécois de recherche sur la culture (INRS-Culture) comme chercheur afin de travailler sur un projet intitulé " L'évolution des pratiques journalistiques au Québec de 1945 à nos jours ". De 1996 à 1998, il est membre du comité de direction de la collection " Diagnostic " de ce même Institut. Au fil des ans, Gilles Lesage collabore aussi à la publication de plusieurs ouvrages et à la publication d'articles dans les revues dans des revues spécialisées.

Tout au long de sa carrière, Gilles Lesage s’est mérité plusieurs prix et récompenses dont le prix Jules-Fournier du Conseil de la langue française en 1988, le prix Olivar-Asselin de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1993, la médaille de l'Assemblée nationale pour souligner ses 25 ans de carrière à la Tribune de la presse, également en 1993, et le Prix spécial du jury (des Prix de journalisme René-Lévesque) de l'Association des journalistes indépendants du Québec en 1995.

En 1999, il est nommé Chevalier de l’Ordre national du Québec et en 2000, il est décoré de l’insigne de Chevalier de l’Ordre de la Pléiade. Gilles Lesage a également été membre de plusieurs jurys, dont ceux du Prix Olivar-Asselin, des Prix de journalisme René-Lévesque, des Grands Prix des hebdos du Québec et du prix Jules-Fournier. De 2003 à 2008, il a été membre et premier président du prix du journalisme politique institué par l'Assemblée nationale du Québec en 2002.

Il a souvent été invité dans des émissions d’affaires publiques pour commenter l’actualité et la politique. Depuis 2005, il a fait une vingtaine de profils de personnalités québécoises du vingtième siècle à l'antenne de Radio-Galilée à Québec.

Sources :

Portée et contenu

Ce fonds témoigne de la vie personnelle et professionnelle de Gilles Lesage. Il regroupe des documents d'archives personnels et des documents produits et reçus dans le cadre de ses fonctions. On y retrouve des documents portant sur sa famille, ses études, ses loisirs et son engagement communautaire. Le fonds comprend également des informations sur sa carrière de journaliste, plus particulièrement sur ses fonctions de chroniqueur politique et de correspondant parlementaire à la Tribune de la presse à l’Assemblée nationale pour les quotidiens Le Devoir, Le Soleil et La Presse. De plus, le fonds renferme des documents illustrant sa carrière d'auteur et de chargé de cours en presse écrite à l'Université Laval et à l'Université de Montréal. Finalement, il fait état des activités de Gilles Lesage comme chercheur, formateur, conférencier, juré, représentant des journalistes au Conseil de presse du Québec et membre du comité de direction de la collection " Diagnostic " de l’Institut québécois de recherche sur la culture.

Le fonds contient principalement des documents juridiques; des notes biographiques, généalogiques et personnelles; des demandes d'admission; des bulletins scolaires et des relevés de notes; des notes de cours; des travaux d'étudiants; de la correspondance et des civilités; des communiqués de presse; des dossiers documentaires; un dessin; quelques photographies et vidéocassettes; des publications; des mémoires; des rapports, études et analyses; des documents d'information; des documents de planification, de réflexion, d'analyse et de travail; des actes de colloques; des notes d'entretien et d'intervention; des cahiers de notes ainsi que des articles et coupures de presse.

Le fonds est divisé en deux (2) séries : Vie personnelle et familiale; Vie professionnelle.

Les dossiers sont classés selon les fonctions et les activités de leur créateur ou par sujet.

Dates extrêmes

1896-2016

Outil de recherche

Aperçu du fonds

Article de Gilles Lesage paru dans « Le Devoir » du 6 juin 1966 concernant le résultat des élections.

La une du « Soleil », du 4 octobre 1978, contenant un article de Gilles Lesage portant sur la première télédiffusion des débats à l’Assemblée nationale.

Photographie de l'Assemblée législative de Québec, 8 février 1951.

X